DMA Dialogues | Récupérer une nationalité européenne. Quand des descendants d’Argentins et d’Israéliens mobilisent leurs origines familiales migratoires
100105
post-template-default,single,single-post,postid-100105,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Récupérer une nationalité européenne. Quand des descendants d’Argentins et d’Israéliens mobilisent leurs origines familiales migratoires

Récupérer une nationalité européenne. Quand des descendants d’Argentins et d’Israéliens mobilisent leurs origines familiales migratoires

Ces dernières décennies, le nombre de pluri-nationalités a connu une augmentation sans précédent. En Argentine comme en Israël, cette augmentation s’explique en partie par la possibilité offerte par certaines législations, à des descendants d’émigrés européens de recouvrir la nationalité de leur ancêtre. À partir d’enquêtes empiriques menées dans deux contextes a priori éloignés, cet article se propose d’examiner les processus d’acquisition de nationalités additionnelles en vertu d’origines familiales et non de la résidence dans un pays d’immigration. Il cherche à dévoiler les raisons qui poussent des Argentins d’origine espagnole ou italienne et des Israéliens originaires d’Europe centrale ou de l’Est à se lancer dans les procédures longues et souvent coûteuses nécessaires pour devenir citoyens de l’UE.