DMA Dialogues | Le privilège comme forme de protection des communautés juives dans la péninsule italienne à l’âge moderne
105643
post-template-default,single,single-post,postid-105643,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Le privilège comme forme de protection des communautés juives dans la péninsule italienne à l’âge moderne

Le privilège comme forme de protection des communautés juives dans la péninsule italienne à l’âge moderne

L’essai analyse les différentes modalités dont les États de la péninsule italienne ont admis la présence de communautés juives à leurs frontières à l’époque moderne. Le principal instrument garantissant aux juifs le demeurer avec certaines libertés civiles et religieuses était le privilège ; il s’agissait d’un acte unilatéral du souverain qui, en réalité, était souvent précédé par un accord avec certains groupes de juifs levantins. L’étude retrace la diffusion et la maturation des privilèges, ainsi que l’évolution des anciennes condotte au fil des chartes de franchise qui se détaillent de plus en plus dans les contenus et les protections réservés aux juifs. Dans le dernier quart des années 1700, bon nombre de ces privilèges avaient une portée pas trop différente parmi les actes de tolérance les plus connus dans le contexte européen.