DMA Dialogues | L’asile comme protection
105647
post-template-default,single,single-post,postid-105647,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

L’asile comme protection

L’asile comme protection

Le droit d’asile est aujourd’hui défini comme une protection juridique offerte aux exilés qui en font la demande. Cette notion est convoquée tout particulièrement dans le cas de la « protection subsidiaire » accordée à « toute personne qui ne remplit pas les conditions pour se voir reconnaître la qualité de réfugié, mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu’elle courrait dans son pays un risque réel » de subir une atteinte grave, selon le Site du ministère de l’Intérieur. De manière générale, le droit d’asile contemporain dispose de deux textes fondateurs : la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (art. 14) et la convention de Genève de 1951, élaborée à la suite des déplacements considérables de plus de 30 millions de personnes au sortir de la guerre et de l’organisation du rapatriement de plus de dix millions de réfugiés par l’Organisation internationale pour les réfugiés. Ces opérations de déplacements s’accompagnent d’un important trav…