DMA Dialogues | IntroductionEncadrer la foi, assister les exilés. Jalons pour une socio‑histoire des croisements entre religion et migrations (xixe‑xxe siècle)
105991
post-template-default,single,single-post,postid-105991,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

IntroductionEncadrer la foi, assister les exilés. Jalons pour une socio‑histoire des croisements entre religion et migrations (xixe‑xxe siècle)

IntroductionEncadrer la foi, assister les exilés. Jalons pour une socio‑histoire des croisements entre religion et migrations (xixe‑xxe siècle)

« Du point de vue religieux, c’était plus frappant encore, car la majorité n’était même plus composée de protestants : catholiques slaves ou italiens, juifs de Russie ou de Pologne, l’assimilation de ces exotiques se révélait lente et laborieuse ; ils formaient dans les bas quartiers des grandes cités des blocs hétérogènes non digérés. Et même américanisés en apparence à la seconde génération, ils ne prenaient pas vraiment rang dans la tradition protestante et anglo-saxonne des pionniers de l’indépendance. Ainsi se dessinait, dès les premières années du xxe siècle, une crise de 1’assimilation. »

Au milieu des années 1920, le sociologue et politologue André Siegfried, s’intéressant à la formation du creuset américain, soulignait l’incapacité des nouveaux venus non protestants à s’y fondre ; le catholicisme constituait « le nœud de la défense contre l’assimilation », ajoutait-il aux propos ci-dessus, l’Église contribuant à former des communautés séparées d’Irlandais et de Canadiens fr…