DMA Dialogues | Dimitris Kamouzis, Greeks in Turkey: Elite Nationalism and Minority Politics in late Ottoman and early Republican Istanbul, Londres, Routledge, 2020, 250 p.
105645
post-template-default,single,single-post,postid-105645,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Dimitris Kamouzis, Greeks in Turkey: Elite Nationalism and Minority Politics in late Ottoman and early Republican Istanbul, Londres, Routledge, 2020, 250 p.

Dimitris Kamouzis, Greeks in Turkey: Elite Nationalism and Minority Politics in late Ottoman and early Republican Istanbul, Londres, Routledge, 2020, 250 p.

Le centenaire de la défaite grecque face aux armées kémalistes en août‑septembre 1922, appelée aussi Grande Catastrophe, est l’occasion de faire un état des lieux historiographique de ce conflit, mais aussi des transformations des « années 1922 » pour le monde (post)ottoman. Outre la campagne militaire d’Asie Mineure, il s’agit de revenir sur les communautés grecques‑orthodoxes de l’Empire ottoman, prises entre le nationalisme grec dans son moment expansionniste, les violences des guerres et l’échange forcé de populations de 1923. L’ouvrage de Dimitris Kamouzis, Greeks in Turkey: Elite Nationalism and Minority Politics in Late Ottoman and Early Republican Istanbul permet une approche générale de ces enjeux par l’étude spécifique des Grecs‑orthodoxes (Rum) d’Istanbul. Dans un temps très court, entre la fin de la Grande Guerre et l’établissement de la République turque par Mustafa Kemal après 1923, la communauté rum d’Istanbul passe de l’effervescence nationaliste et irrédentiste grec…