DMA Dialogues | Décoder la diaspora de Stuart Hall. Historicité, performativité et performance d’un concept
45226
post-template-default,single,single-post,postid-45226,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Décoder la diaspora de Stuart Hall. Historicité, performativité et performance d’un concept

Décoder la diaspora de Stuart Hall. Historicité, performativité et performance d’un concept

Cet article propose une analyse de la « diaspora de Stuart Hall » à partir des propres concepts forgés par le sociologue. Il cherche à travers le modèle du encoding-decoding (codage-décodage) à explorer les significations de la formation diasporique caribéenne et les positionnements théoriques de Stuart Hall. La première partie est consacrée à une comparaison de l’usage de la diaspora au sein des espaces académiques français et britannique en prenant appui sur deux textes exemplaires pour montrer l’hégémonie des normes discursives qui prévalent dans chacun de ces espaces. La « diaspora de Stuart Hall » apparaît alors dépendante de l’historicité des codes qui ont vu le basculement dans le paradigme postmoderne. La seconde partie s’intéresse aux marges depuis lesquelles Stuart Hall a reconfiguré ce basculement avec une « articulation » de son positionnement à la normativité académique et qui mettent au jour autant sa posture théorique critique vis-à-vis du postmodernisme que l’express.